Fin d’année avec les cartes créatives

Sur la base des « cartes créatives » joliment illustrées de Lise Bartoli, l’occasion a été donnée de faire un bilan, une rétrospective contée de notre année 2017. Chacun a pu retracer, en passant par la narration, la symbolique, son parcours de vie au fil de cette année qui s’achève.

Cette petite histoire s’est racontée en quatre étapes, qui correspondent aux quatre catégories de cartes du jeu : héros / problème du héros / allié / objet magique. J’ai accompagné la narration avec des questions délibérément simples, comme suit :

En 2017, quel héros/héroïne as-tu été ?

L’enfant ou la personne choisit parmi les différents « héros » celui auquel il s’identifie, qu’il sent en résonance avec son vécu. Il ou elle explique son choix en quelques phrases. « Cette année, j’ai été, je me suis senti-e comme… un pirate, une bergère, un prince, une danseuse, un chevalier (ce sont tous des archétypes) parce que… »

Que s’est-il passé pour toi cette année ?

La personne choisit une, voire deux cartes « problème du héros » qui indiquent un état d’être, une difficulté qu’elle a dû traverser cette année : « il est stressé », « c’est injuste », « il a peur », etc… « Cette année, le pirate était très en colère, car… »

Qu’est-ce qui t’a aidé ?

Elle choisit alors une carte « allié » : l’ange, la fée, la licorne, le sage, le génie… Ce personnage fantastique fait appel à un réservoir inconscient personnel ou collectif de capacités de changement : nous avons nécessairement trouvé des ressources pour surmonter l’épreuve et avancer.

Quelle magie as-tu trouvé ?

Enfin, la personne choisit une carte « objet magique » : c’est ce qu’elle a acquit au cours de son expérience, avec l’aide de l’allié-e, la clé qui lui a permis de terminer l’année enrichie, grandie. Cet objet donne un pouvoir, une nouvelle capacité…

Le fait de transposer son histoire vécue en récit, permet plusieurs choses : de prendre du recul, de faire le tri entre ce qui a été essentiel et ce qui l’était moins, se distancier, extérioriser certaines choses, pouvoir fermer une page comme celle d’un livre, pour en entamer une nouvelle, avec la liberté d’incarner un autre héros, dans une autre aventure. Passer par l’imaginaire, la symbolique, favorise l’intégration positive via l’inconscient des forces acquises.

J’ai trouvé ce moment fort, profond, important. J’avais envie d’une courte activité qui puisse servir de bilan en rapport avec cette année mouvementée, et je suis contente de cette idée qui m’est venue, qui a nourri mon besoin de donner du sens à nos péripéties, à les voir de plus haut comme un chapitre dans un ensemble plus grand. De plus, même des histoires communes donnent à voir des réalités (récits) très différentes les unes des autres, nous rappelant à la relativité de nos points de vue et le caractère unique de nos « quêtes personnelles ».

A la fin, nous avons lu les descriptions du petit livret qui accompagne le jeu, concernant les cartes héros que nous avions choisies, c’est venu confirmer avec justesse les grandes lignes des « personnages » que nous avons été cette année…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *